PolarHardboiled

John Mac Donald

Un Classique plus qu'original

4 mins read

Dés son premier roman, La Foire d’empoigne, il aborde l’un des thèmes classiques du roman noir américain des années 40-50, la police corrompue. Il les visitera pratiquement tous avec des romans empreints d’une violence omniprésente, mais abordée de façon aussi intéressante que décalée (surtout pour l’époque). Il cédera également à la tentation du personnage récurrent avec Travis Mc Gee, ancien joueur de football, séduisant et musclé, qui vit sur un bateau ancré à Fort Lauderdale en Floride et qui traite quelques affaires, histoire de sauver la veuve et l’orphelin, surtout la belle (veuve ou pas) qu’il “soigne” très affectueusement à la fin dans son bateau. En près de 40 ans de carrière et quelques 70 romans, il aura exploité la veine (link: /home text: Hardboiled) avec beaucoup de doigté et d’originalité, traitant tous les sujets de la ville pourrie, à la vengeance en passant par la corruption et la violence.

Deadly Welcome, non traduit en France
Deadly Welcome, non traduit en France
Il est né le 24 juillet 1916 à Sharon (Pennsylvanie) dans une famille d’industriels. Destiné initialement au monde des affaires après des études de gestion, il entre toutefois dans les services secrets de l’armée (période 40-45 oblige) et dés son retour se consacre à l’écriture. Comme tout bon écrivain en herbe (à cette époque aux US) il écume tous les genres avec des nouvelles variées. Mais dés son premier roman La Foire d’empoigne en 1950, c’est évidemment la corruption qui sera le sel du livre. Il enchaînera avec de véritables réussites comme La Tête sur le Billot, qui obtient le Grand Prix de littérature policière en 1964, dans lequel il utilise un fait divers (une pute de haut vol tuée accidentellement lors du congrès d’une grosse société) pour décrire l’envers d’un décor un peu trop lisse et les dessous de ce type de congrès où les cadres bien pensants se lâchent sans retenue et avec un sérieux coup dans le nez.

The Empty Trap paru sous le titre Vendetta Palace
The Empty Trap paru sous le titre Vendetta Palace
Deux autres romans sont à découvrir avec Vendetta Palace, histoire d’une vengeance après des tortures, des outrages, et un meurtre ignoble que le héros ne peut pas oublier, car il n’est malheureusement pas tout à fait mort et Les Énergumènes, où quatre adolescents partent pour une randonnée meurtrière à vous glacer les sangs. Déjà en son temps, il avait également trouvé le moyen de dénoncer une certaine morale religieuse intégriste dans Le Bouillon Rédempteur où Lucille Hanson se noie sans cause apparente particulière mais qui n’empêche pas sa sœur d’engager un privé. Celui-ci va venir poser des questions, histoire de remuer une fange plutôt nauséabonde. Méconnu, John Dann MacDonald n’en est pas moins un grand maître du (link: /home text: Polar Hardboiled) et sera dès 1972 admis aux Mystery Writers of America (MWA). Il décédera le 28 décembre 1986 à Milwaukee (Wisconsin).

  • La Foire d’empoigne
  • Dans les plumes
  • Midi sonné
  • Vendetta palace
  • Une Valda pour Cendrillon
  • A Bullet for Cinderella
  • Les Énergumènes
  • La Tête sur le Billot
  • Strip-tilt
  • Le Bouillon redempteur
  • La Tête Promise
  • Le Temps des Noyeurs
  • Maîtresse à bord
  • Lanice ne Répond plus
  • Bonne pâte
  • L’Encadré
  • Le Crime présente la note
  • Chauds les ballons
  • La Mariée est trop morte

  <img class="lazyload" data-src="travis-mcgee.jpg" alt="Une aventurede Travis Mc Gee" />

<small>une aventure de Travis Mc Gee



</small>

Travis McGee, le héros récurrent Beau gosse, attachant, détaché et à l’abri du besoin, ce détective à ses heures perdues cultive l’indépendance, la probité et une critique acerbe de la société américaine, vilipendant le racisme, la pollution, la publicité, la violence, sommes toutes rien de bien nouveau sous le soleil. Mais détective oblige, il sait aussi réconforter les belles, d’autant que son bateau lui offre un lieu propice pour des escapades plus qu’affectives ! Travis McGee sera le héros de 21 aventures (pas toutes traduites) de 1964 avec The Deep Blue Good-Bye à 1985 par The Lonely Silver Rain. Tous les titres originaux feront référence à une couleur.

Harry Whittington
Elmore Leonard